Une femme blessée

Publié le par Carole

Bon alors voilà, comme vous le savez déjà, je me prends pour Surya Bonaly en ce moment (si vous l'ignorez cliquez ici).  Ok, certes, je ne suis pas aussi gracieuse (quoique) et puis surtout je dois supporter quelques chutes. Rien de bien grave et puis surtout elles ne sont jamais de ma faute: Ben, non c'estla faute de mes patins!! si, si j'vous jure!

 

En général, ils parviennent à éviter le gamin qui se plante juste devant moi/eux, mais ivres de joie de ne pas être passés sur le môme, ils en oublient leur B.A.BA quelques mètres plus loin. Samedi encore, c'était de leur faute. Motivés sûrement par la musique endiablée, ils se sont propulsés en avant, me laissant moi et mon corps à traîne et ... Patatras! Le bras voltige vers l'arrière suivi par le corps tout entier. Dit comme ça, ça a presque l'air joli et bon bien que je n'étais pas spectatrice, je suis sûre que c'était extrèment gracieux!! il est plus probable de penser que le bras est resté coincé sur la glace tandis que le reste du corps glissait et s'en éloignait douloureusement, me mettant à la limite de l'écartèlement voire de la greffe du bras. La vérité est comme toujours "somewhere in between" - quelque part entre ces 2 extrêmes. Le résultat ne s'est pas fait attendre: douleur aïgue au bras, mais rien de cassé (diagnostic fait par moi sur place) . Mais les conséquences de cette petite pirouette se sont faites remarquer rapidement:

 

- Aïeeeuh! Mais je ne savais pas que je mettais autant de force pour lacer les bottes! (et pour sortir de la patinoire, les bottes c'est bien pratique!)

 

- Et rebelote, quelques minutes plus tard, en voulant payer mon gel Voltarène et mon support de coude. Ben oui chez Shopper's, ils ne sont pas encore passés à la "Chip Technology" (la carte à puce), donc il faut signer son reçu!

Ah oui, j'avais oublié ce détail: c'est forcément le bras droit qu'on se blesse, sinon c'est pas drôle ... Justement C'EST PÔ DRÔLE !! re - Aïe!

 

- Difficile de mettre des gants dans cette situation: c'est donc le moment que choisi Vancouver pour connaître un vague de froid. Bien sûr, on ne peut pas porter grand chose avec ce bras, on doit manger de la main gauche etc, Tous ces gestes si anodins qui soudainement demandent une grande dextérité. Aïe-Aë-Aïe, Aïe-Aë-Aïe.

 

- Et puis le soir, quand on se dit qu'on va connaître un peu de repos en se couchant, une question fondamentale se pose: Mais p****, on fait comment pour enlever ses lentilles quand on ne peut pas approcher le bras de son oeil??? Et si je les enlève, je ne pourrai pas les mettre demain... Les jurons fusent sur cette énième frustration.

 

Pour ceux qui se posent la question, oui je suis allée voir un médecin (et pourtant je déteste ça) pour ne pas me contenter de mon auto-diagnostic. Et j'avais raison: élongation du tendon du coude ou un truc du genre et je retrouve mes anciennes amies: Les pillules Voltarène. D'ailleurs ici les pillules, on vous les met dans des petites boîtes cylindriques (ou comme dirait Lucette: des bou-boules dans une boî-boîte! certains comprendront...) à fermeture "sécurité enfant", vous savez le bon vieux "Appuyer sur le bouchon et tourner en même temps: HEY-HO ON FAIT COMMENT AVEC UN SEUL BRAS??!

 

Enfin, voilà quoi, je suis réduite à faire des efforts surhumains pour mettre un bonnet, une veste. Ça ne va pas durer bien longtemps, mais c'est bien enquiquinant le temps que ça dure. Et puis, je vais devoir délaisser quelques temps la patinoire... Voilà mes patins bien punis pour la peine,,, euh et moi aussi !

Publié dans News

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dom 30/11/2010 22:59



comme tu as un gros bobo je te fais un gros bisou



Carole 01/12/2010 08:43



Merci Parrain!